Bienvenue sur le forum de la Jen'gizea

Pensez à faire votre présentation !
À TOUS LES CHEFS DE SECTION !
Présentez votre section de sorte à aider les nouveaux membres à choisir la pyramide qu'ils pourraient rejoindre

Partagez | 
 

 Chronique de la Jen'gizea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Elrina
peace is a lie

Messages : 15
Date d'inscription : 29/01/2017
Age : 32
Localisation : Sur L'écarlate

MessageSujet: Chronique de la Jen'gizea   Mar 14 Fév - 15:44


TATOOINE. Non loin d’une forteresse semblant assiégée, une navette se pose, balayant le sable et les expositions d’un combat faisant rage. De celui-ci, une jeune femme descendit, sabre en main, se précipitant en direction de la bataille, éliminant l’ennemi à portée de sa lame, ne laissant aucun  survivant se dresser sur sa route, jonchant le sol de cadavres et abreuvant le sable du carmin d’une vie passée. À l’oreille, des bruits d’explosions, de sabres laser s’entrechoquant les uns contre les autres, l’écho des combattants. Au regard, les flammes ardentes, la grâce des chorégraphies, le flash des choc des armes se rencontrant.
       Après de multiples combats, la jeune femme parvint au pied de la forteresse, laissant dans son sillage les corps mutilés, tombés sous sa propre lame. À bien l’observer, elle portait une tenue noire, dont les épaules et le dos étaient recouverts d’une chevelure rappelant curieusement une flamme rutilante. À ses pieds nus, le rouge du trépas des impudents ayant osé s’opposer à elle. Son regard émeraude se porta sur le sommet de la forteresse, où un autre combat semblait être mené. L’inquiétude grandissante, elle ne put que murmurer la résonance de son appréhension « Tenez bon Maître, je ne serai pas longue… »

       Se précipitant à l’intérieur de la bâtisse, la solitaire élimina une fois encore ceux qui dressaient devant elle, portant secours à ses frères d’armes dont le but était de repousser l’invasion massive de ces Sith dont le nombre ne semblait vouloir diminuer. Parvenant enfin au sommet de la forteresse, ce fut un silence lourd qui interpella la guerrière. Un calme contrastant singulièrement face au combat titanesque qui semblait avoir eu lieu quelques instants auparavant. Face à la porte la séparant de la salle du trône, l’hésitation marquant ses traits, la Flamboyante dressa la main, réalisant une légère poussée de force afin d’ouvrir le chemin. Ses prunelles de jade se promenèrent sur la pièce, dont le sol était maculé de corps inertes, s’élevant peu à peu, jusqu’à rencontrer le centre de la salle, où une Twi’lek à la peau ivoirine se tenait debout. Un sabre dans chaque main, tous deux introduits dans le corps de deux assaillants, tandis que dans son dos, une Sith dont la puissance surclassait irrévocablement les opposants que la rutilante rousse avait éliminés jusqu’à présent. L’angle de cette scène ne tarda guère à se faire comprendre, le sabre de l’opposante perçant la chair de l’Alien à la peau immaculée. « Non… Cela ne se peut… » Murmura dès lors la retardataire.

       L’iris émeraude de la jeune femme virant sur le rubis, la guerrière se précipita sur l’importune ayant porté le coup fatal à celle qui n’était autre que le Maître, prête à tout pour venger cette dernière. À mesure des parades et des coups, il ne fallut guère longtemps à la vengeresse pour comprendre que ce combat était vain : elle ne pouvait que constater de la différence de niveau entre elles, domination évidente de l'adversaire. Au terme de longs échanges, l’opposante vint conclure par une puissante tempête de force, propulsant la perdante contre un mur volant en éclats. Ensevelie sous les décombres, le regard de la Flamboyante devint flou, tandis que sous un dernier élan de lucidité, une question retentit dans son esprit  « Mais… Comment en sommes nous arrivés… Là… »

       CHAPITRE 1. LE COMMENCEMENT

       
La JEN’GIZEA. Un ordre qui a traversé les âges, servant l’Empire depuis bien des siècles. Suscitant de l’interrogation, sujet à de multiples enquêtes de l’Inquisition en raison de l’inconditionnelle fidélité des adeptes pour celle nommée « Matriarche » au détriment peut-être de l’Empereur lui-même. Nonobstant, leur patriotisme fut tel qu’il leur fut permis de demeurer et de participer à l’expansion de l’Empire. Qui sont-ils ? Quel est leur but ? Le mystère entourant ceux qui se font appeler « Héritiers » est entier, immuable.

       En ce jour, le soleil est indubitablement à son zénith, chauffant plus que jamais la planète désertique qu’est Tatooine. Au fin fond de la mer de dunes se dresse une forteresse lourdement gardée. Dans la salle principale, assise sur son trône, une Twi’lek à la peau blafarde attend, patiemment. Il ne faut guère plus de temps pour qu’une jeune femme pénètre ce lieu, s’avançant d’un pas lent, puis s’agenouillant devant celle qu’elle semble servir.
       - « Matriarche… »
       - « Eh bien ! Tu as enfin terminé ton séjour sur Korriban. Comment cela s’est-il passé ? »
       - « Sans grand intérêt Matriarche… »

       La dite Matriarche ne tarde plus à se redresser, délaissant son siège pour s’avancer d’un pas calculé jusqu’à l’insouciante, la main tendue, crépitement sur le bout des doigts.

       - « Résumons… Tu as soumis l’ensemble des acolytes, les humiliant sans aucune raison, les poussant à se monter les uns contre les autres, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que toi. Un Sith lambda aurait certainement trouvé cela remarquable, mais… Un tel comportement n’est pas en adéquation avec nos préceptes. Tu seras donc châtiée… »
       - « Mais ! Matriarche… »
       - « Un mot de plus Elrina… Et la sanction s’alourdie. »

       Baissant la tête, la Flamboyante ne prononça plus un mot, subissant le châtiment aussi douloureux qu’humiliant. Dès lors, sa formation débuta. Son Maître Darth Mahjouba, qui n’était autre que la troisième Matriarche, ne put que reconnaître qu’elle peinait à canaliser la haine de cette apprentie dont le passé semblait la hanter, encore et encore. De nombreuses années passèrent, formant la créature à la chevelure de feu aux art du combat, la maitrise des arts sith, dans le but de la rendre plus flexible que jamais. Bientôt, Elrina se démarqua des autres Héritiers, gagnant en puissance, mais demeurant embrumée sous la rage. Seule la Matriarche, son maître, pour qui elle nourrissait admiration et fidélité, était en capacité de l’apaiser. Pourtant, les châtiments furent nombreux, infligés en raison des conflits internes avec les autres héritiers et pour lesquels l’apprentie était souvent en cause…

       - « Elrina… Quels sont nos objectifs ? »
       - « Unifier l’Empire, Matriarche. Créer un Empire où chaque Sith se bat côte à côte ! »
       - « Alors pourquoi continues-tu à t’en prendre à tes frères d’armes ? »
       - « Mais Matriarche… Pourquoi dois-je m’incliner devant des êtres qui me sont inférieurs ? Ils sont là, à se pavaner avec leur titre de Seigneur, mais sont incapables de me tenir tête ! »
       - « Rappelle-moi ton rang jeune fille ? »
       - « Je… » Baissant la tête. « Apprentie, Maître… Mais je suis prête à devenir Seigneur ! J’écrase ceux-là sans le moindre mal ! Pourquoi suis-je encore en dessous d’eux ?! »
       - « SILENCE Apprentie ! Certes, tu possèdes un puissant lien avec la Force. Tu es sans doute même la plus puissante de mes apprentis… Mais ton esprit te propulse tout en bas de l’échelle, et tant que tu n’apprendras pas l’humilité, tu ne seras jamais un Seigneur Sith. »
       - « Mais… »

       Aucun autre mot n’eut le temps d’être prononcé, un éclair parcourant le corps de l’impudente. Posant son front au sol, Elrina demeura silencieuse, marquant là le rituel entre le Maître et son Apprentie, adoptant la posture du pénitent devant son supérieur pour lui signifier la compréhension de son erreur et s’en repentant.

       Bien d’autres années s’écoulèrent, Elrina gagnant en sagesse, contrôlant sa Haine. Devenue Seigneur Sith, il ne faisait nul doute qu’elle était la fierté de son Maître, enchaînant les missions les plus périlleuses, gagnant le respect parmi les siens.
       Ce fut au cours d’une mission que son Holocommunicateur lui indiqua une Alerte de Priorité 1. Abandonnant ce pour quoi elle était assignée, elle repartie sur Tatooine, où elle constata la prise d’assaut de la Forteresse de l’Héritage. Sans se poser aucune question, elle se précipita dans la bataille, afin de protéger ce qui était le plus cher à ses prunelles émeraudes : sa Famille, son Héritage… Et surtout, son Maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Chronique de la Jen'gizea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [chronique] Sutures de David Small
» [chronique] The Mystery Play de Grant Morrison et John.J.Muth
» [Chronique] Brooklyn Dreams de De Matteis et Barr
» [chronique] Hellboy - Presentation
» Chronique des vampires par Anne Rice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
jengizea ::  :: Règlement et Annexes-